from-italy.com
Blog

Si les hommes étaient menstru’

Le cycle menstruel et ses symptômes touchent la moitié de la population mondiale. Pendant la majeure partie de leur vie, les femmes auront à dealer avec du sang qui leur sort de la noune 4-5 jours par mois. À ça s’ajoutent des crampes, les maux de dos, de reins, les boules enflées, les éruptions cutanées, genre des boutons d’hormones dans face qui tombent le jour de ta prise de photo renouvellement de carte d’assurance maladie, les migraines, les ballonnements, la fatigue, le syndrome de pu savoir comment s’habiller, le débalancement des humeurs, le désir spontané de toute crisser là et de se rouler en boule en écoutant Frozen. Vraiment, it’s a treat, un esti de beau cadeau génétique.

Au Japon, les menstruations sont reconnues comme un « congé de maladie » apparemment. Genre : « Monsieur Wong, Josée peut pas rentrer cet après-midi. Ouain. A saigne. OK, bye! » Je sais pas à quel point la validité de ça équivaut à quand je faisais motiver mes absences au secondaire à cause de crampes menstruelles mais que finalement on s’en allait fumer un peu de pot au parc des Cascades avec d’autres ados ben « crampées » l’après-midi. N’empêche qu’y a ça de vrai : au secondaire, en pleine puberté, il est régulier de voir s’absenter les jeunes filles pour aller vivre leurs crampes ailleurs. C’est comme si on avait une couple de free pass au début vu que c’était nos premières années de fertilité génitalo sanglante, mais qu’en vieillissant, il est entendu qu’on doit se gérer la menstru’ comme des championnes sans que ça affecte notre travail, notre rendement.

LES PUBS DE TAMPONS NOUS ONT MENTI.

Les médias et les mœurs établis dans notre société nous renvoient l’image de la femme « forte » qui joue au tennis, qui fait de la natation, de l’équitation avec un sourire aux dents toutes bien alignées. Sirène épanouie d’accomplissements qui ne s’est jamais réveillée dans des spots de sang dans ses draps ou qui n’a jamais sacré à cause qu’elle a taché ses bobettes pref’. Pis quoi encore. « Ce ne sont pas mes règles qui vont m’empêcher de préparer le souper en retard, chéri! » Bon, je capote un peu, c’est pas t’à’faite ça qu’y disent, mais bon, l’essentiel de ma réflexion à date est que ce serait mal vu de se laisser l’hormone ovarienne se déchaîner et envahir, ô sacrilège, notre comportement social. Vis ton calvaire pis reste polie, ma petite madame. 

ET C’EST LÀ QUE JE ME SUIS MISE À PENSER. QUE. QUESSÉ DONC QUE ÇA AURAIT L’AIR SI LES HOMMES ÉTAIENT MENSTRUÉS?

  • La préhistoire aurait été beaucoup moins genrée du type chasseurs versus cueilleurs (ou cueilleuses en fait). Grumphf aurait dit à sa Grumphfette quelque chose du genre : « Ga. Ça me tente pas pantoute d’aller me battre avec un mammouth pour mettre de quoi sur la table à soir. M’a m’occuper d’aller cueillir des p’tits fruits pis des p’tites branches. Toé vas-y. Pis si ça fait qu’à travail égal salaire égal, ben that’s it. On l’écrira sur les murs de la caverne que l’Histoire s’en rappelle. »
  • Il n’y aurait pas de pyramides. En fait, il n’y aurait pas eu d’esclavage. Parce qu’une gang d’Égyptiens auraient décidé de pas rentrer travailler à cause de leurs crampes. Ils seraient allés relaxer sur le bord du Nil à la place. On aurait ainsi vu naître notre premier syndicat, lol!
  • On n’aurait pas brûlé Jeanne D’Arc ni guillotiné toutes les femmes d’Henri VIII qui n’étaient pas capables de lui pondre un héritier mâle. La compassion menstruelle des hommes leur aurait fait dire quelque chose du genre : « OH. MY. GOD. Donnes-y un crisse de break svp srx! Ga. 
  • Léonard De Vinci aurait pris cinq minutes de son temps pour nous créer un genre de Diva Cup révolutionnaire qui produit de l’énergie pis de l’électricité renouvelable, genre. 
  • La Sainte-Menstrua serait une fête du calendrier et journée fériée payée partout dans le monde.
  • L’Israël et la Palestine se seraient excusés et auraient réglé ça avec une bouteille de rosé, mais continueraient de se parler dans le dos.
  • Les sautes d’humeur, la colère, les larmes n’affecteraient pas un discours ni en bien ni en mal, que ce soit un homme ou une femme. On n’applaudirait pas Obama qui braille, on ne fustigerait pas Lise Thibault qui braille. Ça ferait juste partie de la game. Tsé, comme des humains?
  • Et finalement, si les hommes étaient menstrués, les tampons, la crème à glace et le vin rouge s’achèteraient en combo et seraient déductibles d’impôts.

Autres articles

être soi

adrien

L’ombre de toi-même

adrien

intense

adrien

Trois albums québécois à découvrir

adrien

Luxcey : simplicité, rituels & plaisir

adrien

De la couleur pour rehausser un décor blanc

adrien