from-italy.com
Blog

Ces mots invisibles

Ces mots ornements qui ne verront jamais rien de plus que cette insipide conversation; Ce texte martelé avec passion afin de lui cracher ta rage au visage;

Cette lettre d’amour accouchée prématurément par peur d’être rejetée…

Ces mots mort-nés qui n’auront pas eu l’opportunité de s’exprimer, de s’attribuer une sensation, une émotion, une pigmentation…

Ces mots alignés les uns aux autres qui ne créeront jamais de réaction par manque de courage ou par appréhension.

Tu les sens se recroqueviller en toi, tu les empêches d’exister; Les ravalant doucement et douloureusement; Tu les sens se faner en toi;

Jusqu’à en perdre leur raison d’être.

Ces mots décousus;
Empreints de maladresse.

Ces mots qui chamboulent;
Emplis d’authenticité.

Ces loufoques censurés par crainte d’étrangeté; Ce je t’aime, tendre et savoureux,

Qui n’aura jamais la chance de connaître la valeur qu’il possède.

Ces idées qui se dissiperont en même temps que le vent; Ce vent qui entre par les volets ouverts;

Le turquoise de leurs peintures écaillées qui gît, inerte, sur le sol.

Ce vent salin et enveloppant; Ce paysage marin; L’océan;

Le fleuve.

Cette rivière de mots déchus qui n’atteindront jamais la commissure de tes lèvres, qui n’embrasseront jamais le mouvement de ta langue, qui ne s’éjecteront jamais telle une douce mélodie de l’entremise de ta bouche.

Ces mots syllabiques qui ne réchaufferont jamais un cœur meurtri ravagé par les mots sans pitié d’autrui.

Ce trop-plein de paroles qui s’emmagasine dans ton entre.

Va-t-il un jour exploser sans préavis?

Va-t-il se déferler telle une armée au front devant ces gens où tu t’es mainte fois retenue d’être?

Ce droit à la parole.

As-tu encore une fois de plus retenu ces mots qui cherchaient à s’extirper de toi?

Artiste : Fernando Cabelo

Autres articles

anxiété

adrien

Un amour réciproque

adrien

5 romans pour faire lire ton chum pendant les vacances

adrien

Apprendre de ses aventures

adrien

Les petits bonheurs

adrien

Douce fin de session – Par Jade

adrien