from-italy.com
Blog

Je n'écouterai plus les autres

Je suis une personne très flexible, très influençable. Je croyais, jusqu’à tout récemment, que je témoignais d’ouverture d’esprit, et c’était en partie vrai. En réalité, je démontre surtout de la peur. Je n’ai jamais partagé mes états d’âme en face à face avec quelqu’un. Sinon, j’y ajoute toujours une petite pincée d’humour. « Il ne faudrait surtout pas que cette personne pense que je me plains… Je n’ai pas le droit de me victimiser de la sorte. », me dis-je.

Je tais de plus en plus mes opinions. Je laisse la peur du jugement des autres m’envahir. Je ne veux plus être ainsi. Je ne suis pas une machine. J’ai toujours eu un caractère, mais il me servait surtout de protection. Aujourd’hui, je veux qu’il me permette de mordre dans la vie.

Cela fait des années que je n’attends que d’être capable de me défendre. Alors, je m’y mets. Fini de m’asseoir sur mon derrière!

Mes parents sont aimants; ma plus grande peur, en refusant certaines contraintes, desquelles je n’étais pas d’accord, auxquelles eux et plusieurs proches m’ont conditionnée socialement, a toujours été que mon entourage et que mes parents eux-mêmes, surtout eux, pensent que je suis une enfant sans reconnaissance. Ma mère et mon père sont deux êtres extraordinaires dans ma vie. Ils m’ont tout donné et je me sentais mal de reprendre ces cadeaux précieux pour m’en servir à ma guise… Je sais que j’aurai de la difficulté à surmonter cette carapace que je me suis créée pour ne pas laisser paraître mes faiblesses, car j’ai encore ces voix dans ma tête qui me répètent que les émotions, elles sont pour les faibles. Elles sont pour les personnes ne démontrant pas de signe d’intelligence. Ceux que je me dois d’appeler mes amis m’ont souvent répété ou fait comprendre que je suis stupide.

Je n’avais jamais porté de masque avant. Je n’avais jamais eu honte de la personnalité que j’avais. J’ai toujours su puiser en moi les forces et le courage nécessaires pour vaincre les commentaires inutiles d’autrui. Alors, je me battrai pour retrouver mon authenticité. Lentement, mais sûrement, j’arrêterai de me juger au travers du regard des autres. Je trouverai qui je suis et j’en serai fière.

Tout autour de moi s’éteint ou disparaît. Les âmes meurent et les corps partent en cendres. Pas le temps de se détendre, sinon, je m’effondre à jamais. C’est le temps de vivre, pas juste d’exister, pas juste de survivre. C’est le temps de dire que je suis là, debout et prête au combat.

Par Émilie Véronneau

Source photo de couverture

Autres articles

C’est toi le plan A

adrien

Mes trois films musicaux préférés

adrien

Nobody wears black like I do – Par Alexa

adrien

charlie

adrien

Grand Marché

adrien

Ode aux marraines

adrien