from-italy.com
Blog

L'amour, ça se peut finalement?

Quand je tremble sous ta voix, quand ta main touche mon corps et brûle mon esprit. Quand mon corps s’apaise contre le tien. Quand je te vois et que mes lèvres soupirent. Quand mon cœur bat au même temps que le tien. Quand nos corps s’unissent tellement fort que nous créons une seule personne.

Ne pas avoir envie que tu partes et te laisser partir quand même, garder mon regard sur toi jusqu’à ce que je ne puisse plus te voir au loin. Sourire, avoir hâte de te voir revenir.

Avoir envie de partir avec toi, dire oui. Fermer les yeux et ne pas avoir peur.
Croire en ce que nous sommes et en ce que nous serons.

Avoir confiance en ce que je ressens pour toi et ne pas craindre l’avenir.

Construire quelque chose sans s’enfarger dedans.

Devenir « nous », en étant toi et moi. Être ton antre à secret, à réconfort, à beauté et à amour.

Reviens toujours vers moi, vers nous. Nous trouverons toujours le chemin pour s’y rendre, aussi difficile qu’il ne devienne.

J’avais perdu espoir aux papillons qui t’étouffent, aux esprits endiablés et perdus. J’avais perdu espoir en la chaleur de mon cœur et de mon esprit.

Tu me rappelles que la vie est belle, tu me rappelles pourquoi.

Tu me rappelles qui je suis, et je sais qui tu es.

Je me surprends à sourire, à m’entendre rire. Je me surprends à être légère comme une feuille d’arbre qui vole au gré du vent. Sans savoir où elle va, elle se laisse aller par une force plus grande que la sienne.

Tu es mon vent et je suis ta feuille. Laissons-nous aller, nous pousserons des arbres.

Jusqu’à ce qu’un jour, la passion nous tue et que nous restions dans nos racines.

Celles qui nous ont rappelé que la vie est belle à nos côtés, que la vie vaut la peine d’être respirée et aimée.

Source photo de couverture

Autres articles

Fashion Week 101 – Par Angélic

adrien

Tinder : les meilleures (pires) « pick up lines »

adrien

jeux

adrien

L’hypersensibilité 2 : un monde surprenant

adrien

Édito Mode – Pop oriental

adrien

Des légumes moches! – Par Alexandre Rochette

adrien