from-italy.com
Blog

L’été au singulier

C’est probablement à cause des chansons d’été qu’on a envie que l’amour happen so fast, à chaque coin de rue, dès que le thermomètre affiche plus de 25 degrés Celsius. Comme si le célibat en général était une maladie honteuse qu’on devrait s’empresser de guérir à grands coups de « Je t’aime » plus ou moins vrais. Il est temps d’arrêter de déprimer parce que tu n’as personne pour donner une raison à ton air clim de fonctionner et, ainsi, commencer à profiter de ton été au singulier.

Tu peux commencer par mon activité préférée : faire le tour des festivals. Je peux comprendre que certaines personnes hésitent à affronter la foule seules ou encore ont peur de trouver le temps long entre deux spectacles sans personne avec qui discuter. Voici le truc infaillible pour t’amuser et profiter à fond de chaque événement de l’été en solo : deviens bénévole ou employé. En plus de contribuer à la réussite de l’événement, tu vas te faire plein de nouveaux amis, bénéficier de nombreux avantages et avoir plein d’histoires à raconter à ton entourage en revenant.

Ensuite, tu peux prendre le temps de te donner l’impression d’exister. Escalade des montagnes, fais du camping, pars en roadtrip découvrir ces endroits que t’as envie de voir depuis trop longtemps. On a une seule vie à vivre pis elle est trop courte, alors fais-moi plaisir et mords dedans au point de la sentir passer. Évidemment, l’été, c’est la saison idéale pour faire des activités en plein air. Prends ton sac à dos, ta tente pis ton huile à mouches et pars à la découverte des Parcs du Canada : c’est gratuit pour le 150e.

On parle de singulier, mais que serait l’été sans le fameux summer love? T’sais, le beau grand brun mystérieux que tu n’arrêtes pas de croiser partout et que tu devines te dévorer des yeux au travers de ses lunettes fumées. Eh bien, t’as enfin la chance d’aller lui parler pis de partir à l’aventure avec lui comme s’il n’y avait pas de lendemain. Après tout, la plupart des love stories ont commencé par un flirt d’été. Ma mère te dirais qu’il y a des histoires d’horreurs qui ont commencé de même aussi. Elle a raison ; reste prudente.

Si, après ça, t’as pas encore le sourire aux lèvres pis ton sac à dos sur le dos, voici des petits extras :

  • Te faire payer des verres, sans culpabiliser. T’as même le droit d’accepter le Jameson pis de perdre au Flip ;
  • tu n’as pas besoin des app de rencontres pour tomber sur quelqu’un d’intéressant ;
  • tu n’as personne avec qui t’obstiner pour savoir où aller ;
  • tu peux participer à toutes les sorties imprévues ;
  • tu peux lire, sans être dérangée!

Mon dernier conseil, si tu veux passer un bel été : fais comme si t’étais au chalet et décroche de ton cell ; regarde ce qui se passe autour de toi, sans lumière LED. J’te dis qu’c’est beau sur tout un temps, la vie !

Bye, je vais jouer dehors!

Autres articles

Guide des fêtes zéro déchet (ou presque)

adrien

5 accessoires incontournables à adopter cet automne

adrien

Guerilla Gardening alias se battre avec des fleurs – Par Alexandre

adrien

Moi je reste de mon côté de la frontière cet été (Partie 2)

adrien

Vivre avec les séquelles d’une commotion cérébrale

adrien

D'la mode de Québec

adrien