from-italy.com
Blog

Post-brunch : que reste-t-il de nos dimanches? 

Une fois les bénédictines avalés, une fois la hollandaise rotée, une fois le brésilien « débrésilé », il faut partir, passer à autre chose. Que reste-t-il de nos vies après le brunch du dimanche?
Est-ce que la vie vaut la peine de continuer à se vivre?

Beaucoup de prestige est mis autour du brunch. Pourquoi? Je ne l’ai jamais su. Le brunch trouve son origine aux États-Unis avant d’être introduit en Grande-Bretagne à la fin du XIXe siècle. Il apparaît en France dans les années 1980. En France, de nombreux cafés, hôtels et restaurants proposent des brunchs, notamment le week-end, qui sont très populaires auprès des jeunes citadins. À New York, le brunch est plutôt un déjeuner pris dans l’après-midi et accompagné traditionnellement de champagne et de cocktails comme le Bloody Mary et le Bellini (merci Wiki). Y’a comme une cloche qui se sonne du côté du Country Club, de l’élite, du pantalon fancy, quand on passe du scrambled egg au cocktail de crevettes. Reste que, une fois qu’on a starté la journée avec autant de panache – monocle et tites soucisses à déjeuner inclus – quel genre d’activités va atteindre la haute barre dudit repas événement?

Voici quelques suggestions.

Aller passer un Pap test. 

Parce que ça casse ton fun direct, ça te ramène dans le réel de te faire arracher un microboute de ton dedans de noune, les deux pieds dans les étriers, la fente à l’air, au nom de la validation de ta santé. Tu vas les roter sûr, tes cretons, mais t’auras au moins le mérite d’avoir commencé ta journée soft.

Te costumer en un des Grands disparus de 2016. 

David Bowie, Prince, René, Chyna, Professeur Rogue. T’as le choix. Comme tu as commencé le jour avec un prétentieux mélange de salade de fruits et de fèves au lard, poursuis ta « prétentieuserie » en prétendant rendre hommage à une de tes idoles mortes. Dans mon livre à moi, j’aimerais ça que Jojo Savard soit morte. Afin de lui rendre hommage par le costume. Bien sûr.


Aller faire une randonnée. 

Hahahahaha. Non. Sérieux. Monter pis descendre les marches aux chutes Montmorency un coup parti? Faire descendre ton copieux déjeuner par une activité santé? Hahahahaha f*ck non, man. Darling, tu t’es trompé de page; jamais je vais te conseiller quelque chose du genre. Crève d’un AVC au plus sacrant. That’s the life. 

Et finalement, pourquoi pas…


Continuer de manger jusqu’à ce que tu crèves. 

Mourir par la bouffe, comme dans le film La grande bouffe. C’est le chic le plus ultra. Tes proches n’y comprendront rien. Enweye les ordres de toasts beurrées des deux bords, mon pit. Crever la yeule ben pleine de tites patates. Ça, c’est la grosse vie. Ça, c’est un beau dimanche. Passe-moi le ketchup!

Autres articles

Une garde-robe « capsule » pour cet été

adrien

Tips pour déménager en catastrophe sans panique (ou presque!)

adrien

Idées cadeaux du Québec à mettre dans les bas de Noël

adrien

sauce à spaghetti

adrien

Dormir en cuillère avec son anxiété

adrien

À nous, qui changeons des vies sans le savoir

adrien