from-italy.com
Blog

Pourquoi HONY a ruiné ma vie – Par Pascal

Humans of New-York (HONY pour les habitués), c’est comme un trou noir. Tu tombes dedans par hasard, sans savoir lorsque tu en ressortiras. Si tu likes cette (désormais) célèbre page Facebook, t’es faite. Bye bye ta vie sociale et tes obligations de jeune adulte. Les magnifiques clichés qui défileront aléatoirement dans ton quotidien te rendront dépendant à coup sûr. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec ce photoblog, laisse-moi t’introduire à la chose.

« New-York, one story at a time. »

Humans of New-York, c’est l’idée de Brandon Stanton, jeune et fringuant photographe/blogueur américain. À la base, le gars voulait immortaliser 10 000 passants qui peuplent la grande pomme, en photo. Recenser dans un genre de catalogue exhaustif les gens (habitants et voyageurs), tous plus différents les uns des autres, qui font de cette ville ce qu’elle est; la capitale du rêve américain. Dans le processus, l’idée initiale s’est, pour notre plus grand bonheur, transformée et bonifiée. Brandon (Je me permets d’être intime avec, pis de l’appeler par son prénom, parce qu’un dude qui prend en photo de parfaits inconnus dans la rue pour gagner sa vie veut sûrement pas se faire appeler Monsieur.) s’est mis à collectionner les citations et conversations des gens qu’il photographiait. C’est pas la diversité et les histoires croustillantes qui manquent dans c’te ville-là mettons.

Ainsi, chaque photo est accompagnée d’un fragment de la rencontre du photographe avec son sujet (Personne seule, couple, animaux, enfants…) Les sujets sont variés. Genre que j’ai jamais si bien utilisé ce mot là dans toute ma vie. On passe du vieil homme qui parle de son enfance malheureuse à l’itinérant qui nous présente son chat trouvé dans une poubelle, en criant lapin.

Je sais pas pour toi, mais moé dans vie, j’aime ça regrouper les choses. Tu devrais voir les 53456875 dossiers inutiles que j’ai créés en ayant l’intime conviction qu’ils me seraient utiles un jour. (Mon disque dur m’en veut un peu pour ça.) Ça tombe bien, parce qu’existent plusieurs catégories récurrentes dans le fabuleux monde d’HONY. Laisse-moi te présenter mes préférées.

Today in micro-fashion…

Des petits poux qui se la jouent branchés.

Les couples.

Même si dans la vie en général ça me fait chier de voir des couples à l’épicerie, au parc ou dans le métro, je peux pas m’empêcher d’aimer d’amour tous les couples de HONY. Premièrement parce que la plupart du temps c’est des personnes âgées, pis que les personnes âgées en amour ben c’est l’affaire la plus cute au monde. Contrairement à bien des représentations de gens qui s’aiment, dans ce cas-ci c’est jamais kétaine et toujours rigolo.

« I didn’t know a thing about contemporary art before I met her. »

Les gens dépressifs. (C’est lourd mais pas tant que ça)

Y’en a une trâlée dans le monde, et spécialement à New-York. Même si à chaque témoignage tristounet mon cœur se brise un peu, c’est un mal qui fait du bien. Guess what ? Ça arrive de pas bien aller. Ça arrive de perdre des gens qu’on aimait et qu’on prenait pour acquis. Je suis toujours surpris de voir à quel point les gens se confient avec tellement d’ouverture à un inconnu et son kodak. C’est surtout ça qui fait la beauté de HONY, l’humanité et la vérité des modèles.

« I don’t want to live anymore. »

En gros, HONY ruine ma vie parce que :

  1. Ça me donne maladivement le goût de prendre mes cliques et mes claques et de m’envoler pour NY.
  2. C’est sûr que si le photographe d’HONY s’approchait de moi dans la rue pour me photographier, je serais pas capable de dire quelque chose de convenable. Je bégaierais et je postillonnerais. Sur la photo, j’aurais un œil de fermé pis une couette din’ airs. Au final, je m’enfuirais sûrement en hurlant et en pleurant, en lui faisant jurer de jamais mettre ma photo sur sa page.
  3. Ma vie a l’air tellement boring comparée aux existences badass des gens de NY.

Ce qui m’empêche pas d’être accro. Bref, je pense à m’inscrire à My Strange Addiction sans tarder. Pour ceux qui en veulent plus, il existe aussi un livre d’HONY. Tu peux le commander sur le site officiel : http://www.humansofnewyork.com/.

pascal

Alexe Raymond, réviseure, raymond.alexe@gmail.com

Autres articles

Semer ses intentions à la Nouvelle Lune

adrien

La section tofu dans le quartier chinois

adrien

Quelle serait ta maison à Poudlard, srx ?

adrien

Devenir la meilleure version de soi

adrien

entreprises locales

adrien

Nos chandelles préf'

adrien