from-italy.com
Blog

Semaine 7 : Les excuses

Excuse : Raison que l’on allègue pour expliquer ou atténuer une faute; Dispense d’une obligation.
–Wikipédia

Je n’en ai aucune envie. Cinq mots seulement dans cette simple affirmation, aucune difficulté de prononciation particulière. Pourtant, c’est ce qu’on entend le moins souvent lorsqu’il s’agit d’expliquer pourquoi on n’entame pas une démarche santé.

Voici, pour cette semaine, un top 5 des raisons les plus fréquemment évoquées :

5. Je ne vois pas de résultats.

D’abord, quels sont tes objectifs de départ? Si tu veux voir un chiffre bouger et qu’il demeure immobile sur la balance, tu seras déçu (e). Tu étais peut-être tellement obnubilé (e) par le chiffre que tu n’as pas pris conscience de ton pantalon qui devient moins serré, de ton double menton qui a fondu, de ta nouvelle capacité à monter un escalier  sans arrêter à mi-palier avec la respiration sifflante d’une otarie souffrant d’emphysème.

Généralement, cette excuse cache une problématique de notre société : on veut tout, tout de suite, hier si possible. Je ne cours pas comme ces filles sveltes sur les tapis roulants de la salle d’entraînement, mais j’arrive à me rendre au gym sans devoir m’arrêter de marcher sept à huit fois entre l’arrêt d’autobus et l’accueil, ce que je faisais, avant. C’est pour cette raison que je tiens un journal, afin de noter aussi précisément que possible mes progrès. À plus long terme, une série de photos peut avoir la même utilité. Si tu fais vraiment tout ce qu’il faut et que tu ne vois aucun changement, il est peut-être temps d’apporter certaines modifications à ta diète ou à ta routine d’entraînement.

 

Source

 4. J’ai des gros os.

Ce n’est pas un mythe, certaines personnes ont une ossature plus grosse, donc généralement plus lourde que d’autres. Faites cet exercice, là, maintenant : à l’aide de votre pouce et votre majeur, entourez votre poignet. Est-ce que les doigts se touchent? Si c’est le cas, votre ossature est très probablement dans la moyenne. Sinon, à l’aide d’un ruban, mesurez le tour de votre poignet. Si vous mesurez moins de 1m 58, on peut dire que vous avez de gros os, si la circonférence de votre poignet (un des endroits où s’accumule le moins de gras sur le corps) dépasse 14,5 cm. Si vous mesurez entre 1m 58 et 1m 68, elle est dans la moyenne si elle fait entre 15,2 cm et 15,9 cm. Si vous mesurez plus de 1m 68, il faudra dépasser 16,5 cm pour que vous soyez réputés avoir de gros os[1].

J’ai parlé, plus tôt dans mon processus, d’impédance. Celle-ci calcule la composition exacte du corps humain. Quel pourcentage est de l’eau, du gras, du tissu (peau, muscle et os compris). Le test du poignet donne un bon indice : ce dernier a une circonférence de 16,1 cm et je mesure 1m 62. Ils sont un peu plus gros que la moyenne mais, combinée, la masse maigre (os+tissu) se maintient à 76 livres depuis sept semaines. Les seuls endroits où ça bouge, c’est au niveau du gras et de l’eau.

Source

3- Je n’aime pas les légumes / le tofu / le poisson…

…ou l’excuse typique de mon chum : Je suis carnivore. Non. À moins que tu ne sois une mutation humanoïde du Tyrannosaure Rex, je prends pour acquis que tu es un humain et, si c’est bien le cas, tu es un omnivore. Non seulement tu peux manger autant de la viande que des protéines végétales, mais il FAUT également retrouver un équilibre entre les deux alimentations.

Je ne me considère pas végétarienne et moi non plus je n’aime pas le brocoli mou, cuit vapeur et qui ne goûte rien. Ce qui donne beaucoup de goût aux aliments, sans trop d’ajouts caloriques, ce sont les épices. Un repas, quand j’étais petite, c’était viande-patates-carottes / petits pois et sauce : ça baignait dans le gras. Allô l’ennui!

Source

On parle des années 1980. Aujourd’hui, les supermarchés regorgent d’aliments variés, colorés, qu’on peut essayer, adopter ou dédaigner. Je déteste le saumon, mais avec une cuillère à thé de mayonnaise Chipotle du Choix du Président, une de yogourt grec, une demi-canne de thon dans un wrap, sur un lit de feuilles de laitue et un demi-poivron, c’est devenu mon dîner dépanneur préféré. L’essentiel c’est de trouver ce qui nous plaît, sans nous limiter. Ma collègue Sarah a récemment parlé du tempeh, une protéine végétale que je me suis promis d’essayer.

2- Ça coûte cher.

La vie coûte cher. Plus que du temps de mes parents, alors que tu pouvais t’acheter une maison en ville pour 58 000$. Mais tant au niveau alimentaire qu’en entraînement, il est possible de faire des choix économiques et santés sans se ruiner.

Personnellement, c’était mon excuse de prédilection, jusqu’à ce que je me rende compte que peu importe ce que j’allais manger, ça coûterait quelque chose. À la base, faire l’épicerie, c’est très ennuyant : il faut prévoir ce qu’on va manger et affronter une cohue disparate de clients. Personnellement, j’ai commencé à couponner dans ce but : avoir les moyens de bien manger. Quand tu réussis à payer ton 24 rouleaux de papiers de toilette de marque (y’a pas de NoName qui touche à mes fesses de princesse) 2$ au lieu de 10, ça libère beaucoup de sous pour acheter des fruits, même hors saison. L’hiver, je me tourne souvent vers le surgelé. Puisqu’ils sont mis à congeler dès la cueillette, les fruits et légumes ne contiennent pas l’espèce de liquide sirupeux dans lequel baignent les produits en canne. J’achète ma viande chez Maxi, avec l’étiquette rose de 30%, que je fais congeler en petites portions, ou je fais des Imbattables (c’est-à-dire que je regarde, grâce à l’application Reebee (compatible avec Apple et Androïde), l’endroit où ma viande est le moins cher et je fais égaliser le prix). 10$ pour 8 poitrines de poulet qui font seize repas, c’est très avantageux.

Source

Tu aimes magasiner, Crépu(e)?

C’est une belle compétence transversale à utiliser lorsque vient le temps de prendre une décision pour t’entraîner. Les Cégeps, Universités, YMCA/YWCA proposent des prix abordables pour l’accès à leurs salles d’entraînement. Les Écono Fitness, division d’Énergie Cardio où, pour 10$ par mois, tu peux avoir accès à la salle et à des DVD d’entraînement en continu. En ajoutant 15$ à ce prix, il est possible de partager ta carte avec quelqu’un d’autre. Chez Nautilus Plus où je m’entraîne, comme membre Desjardins, j’ai économisé 150$ sur mon abonnement annuel. Des paiements de 45$ par mois : ça se cadre bien dans mon budget d’étudiante. Le mieux, c’est de faire un essai. Visiter le gym, à l’heure à laquelle tu penses l’utiliser pour connaître l’affluence, l’ambiance aussi. La plupart des endroits offrent un essai gratuit, alors profitez-en et laissez mûrir un peu vos idées avant de prendre une décision finale.

Pour celles qui ne souhaitent pas se déplacer j’ai récemment trouvé, chez Dollarama, une « kettlebell », c’est-à-dire un poids d’entraînement. Il y avait aussi une corde à sauter, de petits haltères, un tapis de yoga et un ballon de 2kg. À moins de 15$, tu viens de te faire un beau petit gym à la maison et puisque Pinterest est une ressource formidable et gratuite pour trouver des exercices à exécuter dans le confort de son foyer, c’est très abordable.

1­ . Je n’ai pas le temps de m’entraîner.

À moins que tu ne sois un animal sauvage qui hiberne, tu as 24 heures dans une journée. Tu en dors huit, tu en travailles huit autres, en moyenne, dix peut-être. Ça fait seize. Il en reste encore huit. Si on enlève 1h30 pour manger, il en reste 6½. Tout est question de planification. Ce n’est pas d’avoir du temps, puisque le temps n’est pas une surprise que tu vas trouver dans un sac de biscuits. C’est de le prendre. On parle de 3 à 4 heures par semaine pour s’entraîner et 2 heures afin de préparer des repas et collations équilibrés. Le dimanche, pendant que je regarde mes nombreuses heures d’émissions de décoration préenregistrées, je coupe des légumes, je fais de petits sacs de collations, je fais cuire des pâtes pour la semaine et je prépare de la viande pour qu’il en reste le moins possible à faire lorsque j’arrive chez moi le soir.

Mes heures au gym sont des rendez-vous que je me donne avec moi-même dans ma vie de mère étudiante et blogueuse, des moments que je me réserve pour prendre soin de ma santé.

Et quand je n’ai vraiment pas envie de le faire, parce qu’il fait trop beau, trop froid, qu’il pleut ou que je me sens trop crevée, je me dis que si Barack Obama a le temps de s’entraîner, moi aussi, je suis capable.


Source

[1] Source

Autres articles

Une poutine avec de la mayo – Par Noémie

adrien

La fois où je me suis littéralement envoyée en l’air

adrien

trouble alimentaire

adrien

Entre deux bouchées

adrien

Traitement pour tes pieds signé LUSH

adrien

Soirée-bénéfice d’Halloween du Carrefour international de théâtre

adrien