from-italy.com
Blog

Taylor Swift, amour-haine-amour-haine – Par Jennifer

Commençons par une nouvelle récente. Taylor Swift a battu un record fou la semaine dernière. Oui, fou. Elle a vendu 1,3 million d’albums en une semaine aux États-Unis. Ce n’était pas arrivé depuis l’album du rappeur Eminem The Eminem Show, en 2002, qu’un album se vende aussi rapidement en une semaine. 12 ans. À cette époque, je rentrais fièrement au secondaire avec mon discman et à Noël, je demandais des CDs.

Yep!

Pourquoi c’est impressionnant? Parce que nous sommes à l’ère numérique. Les CDs ne se vendent plus. Comme dans pu pantoute. L’Archambault a dû trouver d’autres moyens de renflouer ses coffres, le HMV a fermé des magasins et le Walt-Mart a presque juste deux exemplaires par album. Et Taylor, elle, réussit à en vendre 1,3 million d’albums en une semaine. Clap! Clap! Clap!

Je n’ai pas toujours applaudi Swift. Ma relation avec elle a eu des up and down. Like a couple LOL.

Notre relation a commencé en 2009. Je l’ai connu avec son album Fearless.

J’étais impressionnée qu’une jeune fille performe aussi bien sur scène, que ses textes soient aussi beaux et surtout, qu’elle soit une auteure-compositrice-interprète à un si jeune âge. En plus de tout ça, j’aimais sa musique et l’allure country de ses chansons.

Nous avons continué à nous fréquenter pendant toute l’année et Speak Now est apparue. Je l’aimais tout autant. Je chantais ses chansons à tue-tête. Je me sentais un peu comme une cow-girl. Ben oui…

Pendant les deux années suivantes, nous avons été heureuses ensemble, à se côtoyer de temps en temps. Puis, son album Red est sorti et là, j’ai pété une fuse. J’ai viré au rouge, comme son album tumdumshi…

Un genre de crise de jalousie. Taylor avait quitté le country. Définitivement. Elle avait glissé quelques chansons avec des semblants de sons country, mais il fallait être bien dupe pour comprendre qu’elle quittait tranquillement le country pour le pop. La chanson I knew you were a trouble, on s’entend que la guitare acoustique, le lap steel et le banjo avaient pris le bord…

Allez voir par vous même ici.

Et ce qui me purgeait encore plus, c’est qu’elle était encore sélectionnée dans les catégories Meilleur album country et elle gagnait. HEY! La fan de country ici avait de la difficulté à gérer ses émotions. Vous allez me dire, mais Jennifer, le country aujourd’hui, ce n’est pas comment avant bla bla…OUIN PIS.

J’ai arrêté d’écouter du Taylor. Tiens. Souffre.

On s’entend qu’elle n’a pas souffert une cenne (son succès arrêtait juste pas), mais bon, ça me faisait du bien de la détester parce qu’elle avait quitté ses racines, ses débuts, ce que j’aimais d’elle.

J’ai fait la baboune jusqu’à la semaine passée.

Taylor est venue me faire un peu coucou dans ma maison (mon chum écoutait son album juste, tout le temps). Shake it off et Welcome to New York tournaient en boucle dans mes oreilles. Mes petites pattes se retenaient pour ne pas danser. Mon chum connaît très bien ma haine envers Taylor, je ne voulais pas flancher…mais je ne me suis dit Jen, c’est assez. J’ai fini par me dire que c’était bien que Taylor s’assume complètement dans la pop. Ça lui fait bien. Elle brille. Et maudit, elles sont bonne ses chansons de pops machins, faut bien se le dire. J’ai le goût de les écouter, MAIS je vais aussi continuer à écouter la Taylor d’avant, parce que c’est d’elle que je suis tombée amoureuse.

Les gens évoluent et l’évolution de Taylor s’est propulsée dans la grosse machine pop américaine qui fait du cash. Je respecte ça. Enfin, j’essaie beaucoup. J’ai des petites rechutes des fois. Il faut que je me tienne loin de son compte Instagram, les revues et blogues à potins sur elle, parce que ça revivre le magma en moi.

Pour les fans, Taylor Swift sera au Centre Bell le 7 juillet 2015. Les billets seront en vente ce vendredi 14 novembre à 12h. Ça sent le cadeau de Noël. Aussi non, on peut s’imaginer qu’elle fera peut-être parti de la programmation du Festival d’été de Québec, elle est UN PEU libre juste après 😉

Si elle vient, bien je serai là pour chanter à tue-tête, parce que mon amour pour Taylor n’est jamais vraiment mort.

Autres articles

Love is love de Jean Paul Gaultier

adrien

My strange addiction – Par Alexa

adrien

Mon semi-défi 5/30

adrien

La fois où je me suis littéralement envoyée en l’air

adrien

Mon repère tranquille

adrien

10 comptes Instagram de bouffe saine qui donnent faim

adrien