from-italy.com
Blog

Trop se soucier de tout

Je me soucie trop.

Je me soucie trop à propos des gens qui ne se préoccupent pas de moi de la même façon , ou simplement des choses dont je ne devrais pas m’inquiéter. J’y pense jours et nuits, jusqu’à ce que la situation soit rétablie. C’est une véritable maladie, mon affaire!

Je me soucie trop des choses qui ne sont pas de mon contrôle. Par moment, je suis persuadée que ça va partir de mes pensées et que je vais pouvoir continuer de vivre le semblant de vie normale que j’ai, mais il semble toujours revenir pour me rappeler que je n’ai absolument rien de mieux à faire que de penser à ça. J’analyse beaucoup et je veux toujours bien faire, garder une belle image de moi, même en sachant qu’il est impossible que je puisse plaire à tout le monde.

Je me soucie trop. Je me soucie des gens que j’aime et même de ceux qui ne sont pas réels. Je ne me suis jamais remise de la mort de plusieurs personnages dans mes séries télé préférés. J’en parle à chaque personne que je croise, en gesticulant avec un ton très rapide comme si ma vie en dépendait. Je fais de longues recherches avancées pour m’assurer que leur mort est une blague et que l’acteur en question a été vu sur le plateau de tournage récemment pour continuer à filmer. Je suis une vraie stalkeuse. Ma famille et mes amis sont tannés que je m’emporte et que j’enrage pour des personnages : « Ce n’est que du cinéma Camille, arrête d’en faire tout un plat! », disent-ils.

Mais aussi, je me soucie bien sûr de ces personnes qui sont près de moi. Cela m’arrive fréquemment de prendre personnelles leurs paroles et leurs actions. Je suis susceptible sur les bords. Parce qu’au-delà de tout, je me préoccupe vraiment de ce qu’ils pensent de moi. Leurs gestes et paroles m’affectent, car je me soucie d’eux.

Je me soucie trop des amourettes qui ne se soucient pas de moi. Ils sont pourtant clairs, lorsqu’ils ne répondent pu à mes messages ou regardent à peine dans ma direction. Mais pour X raisons, je me soucie quand même d’eux. Je veux savoir comment ça va à l’école, s’ils sont heureux, et s’il y a quoique ce soit que je peux faire pour rendre leur vie plus facile. Je me soucie d’eux et de leur bien-être, même si je n’ai plus besoin de le faire. Des fois, j’espère seulement que les conversations qu’on a eues dans le passé peuvent s’effacer à tout jamais de ma mémoire. De cette façon, ça serait plus facile pour moi de ne pas me soucier de quelque chose qui n’a jamais existé au départ.

Mais je comprends que je dois faire la paix avec mon passé pour qu’il ne dérange pas mon présent. Je sais que ce que les autres pensent de moi n’est pas mon problème. J’essaie d’être patiente, parce que seulement le temps peut soigner les vilaines plaies. Surtout, je sais que je dois arrêter de trop penser et de prendre tout à cœur.

Et pourtant…je me soucie de tout et de rien.

Autres articles

travail

adrien

Ces amitiés que l'on brise

adrien

Pourquoi elle et pas moi?

adrien

L’art subtil de l’auto-sabotage

adrien

Je ne t'appellerai pas par ton nom

adrien

Pourquoi Amanda Bynes mérite notre compassion – Par Pascal

adrien