from-italy.com
Blog

Ville contre banlieue – Par Alexandre

Pendant 20 ans de ma vie, j’ai habité la banlieue (chez mes parents). N’ayant pas de permis de conduire, je trouvais tellement compliqué de me rendre chez des amis ou de faire des activités. Quand c’était l’heure du retour à la maison, il fallait que je prenne un taxi ou que je me tète un lift : pas le choix le dernier bus était à 23 h 10.

Depuis quelque temps, j’habite en ville. C’est tellement merveilleux, et je veux vous faire part de mes points positifs et de ceux plus négatifs.

Bien entendu, il y a de nombreux avantages à habiter en milieu urbain. Le principal : la proximité des services. Juste à côté, il y a tout ce que l’on veut. Pas besoin de prendre la voiture pour se rendre à la boulangerie ou à la poissonnerie du coin. Quand on est en ville, on consomme souvent plus local inconsciemment en achetant nos produits aux commerces de quartier.

Évidemment, les transports collectifs sont optimisés. Cette limitation des déplacements en voiture représente de grandes économies d’essence. En ville, on est tellement plus libres sans voiture.

Parfois, certains disent que les logements en ville sont moins tranquilles que les maisons unifamiliales. Ils ont souvent raison. Cependant, les nouvelles constructions sont bien insonorisées, autant qu’une maison de banlieue. Il n’y a donc pas de problème de bruit venant des voisins (moments coquins à minuit, par exemple) ou de l’extérieur.

Évidemment, le coût est souvent plus élevé, mais les prix se justifient par la situation souvent exceptionnelle de ces habitations, qui, à moyen terme, vous feront économiser.

Vous n’avez pas d’espace vert à vous, mais les nombreux parcs vous serviront d’endroit social et de détente. Exit la tondeuse, et bonjour le café glacé entre amis.

Quand on habite en ville, on a l’impression de faire partie de l’action et d’être les bâtisseurs de sa propre cité. Une fierté s’accapare de nous et nous fait profiter différemment de la vie : on est plus zen. Ça nous connecte avec notre environnement. Bref, l’essayer, c’est l’adopter!

On veut vous entendre. Commentez sans modération.

Autres articles

Quitter un emploi confortable pour plonger dans l’inconnu

adrien

Amylie, lumineuse et exaltante…

adrien

Mon minimalisme engagé

adrien

Guide de survie culinaire pour backpackers – Par Emmanuelle Rivest

adrien

On se prend pour acquis

adrien

Mordre dans le printemps avec les produits Lush de Pâques!

adrien