from-italy.com
Blog

50 shades of grey – la fanfiction : Chapitre 7

Pour te rouler jusqu’au chapitre précédent, cli(tori)que ici.

*****

Devant Anastasia et Christian se trouve un lit, au milieu des distingués invités, dans cette pièce luxueuse chargée d’un érotisme lugubre. Anastasia est encore mêlée du courant d’émotions vécues depuis le début de la soirée. La peur et l’excitation jouent une telle lutte dans son corps et son esprit qu’elle ne sait plus si c’est la cochonne en elle ou la couarde qui lui fait claquer les genoux.

Elle remarque alors qu’elle n’est pas seule à être nue à travers les hommes et femmes en costumes élégants; des filles, quelques-unes toutes jeunes, comme elle, se tiennent difficilement debout. Certaines plus gênées que d’autres et d’autres comme ivres de plaisir.

Un homme vêtu d’une toge à capuche s’avance au centre du cercle formé par les invités. « Qu’on amène les initiées », lâche-t-il en créant des remous d’excitation dans l’assistance. Christian passe sa main dans le dos d’Anastasia, la caressant au centre de ses omoplates, glissant le long de son échine en chatouillant ses reins, et lui câlisse une claque sur le cul, l’invitant à s’avancer devant les gens. Peu habituée d’écouter, mais encore moins de rétorquer, elle avance, cul rougi par la claque, à petits pas.

Elle regoûte en esprit aux caresses de Christian, alors qu’elle avait les yeux bandés, mais tous les sens en éveil; l’amour et la fornication commençaient à prendre un sens dont la perversion serait l’unique sel. Elle jette un œil aux nombreuses œuvres au mur. Une photo, ancienne, d’un homme ressemblant à une version western de Christian s’apprêtant à donner la fessée à une femme effrayée au jupon relevé.

Est-ce ce qui l’attend? Une correction? Une semonce à ras le cul prodiguée par une étrange société sexuelle secrète? Est-ce que tous ces inconnus vont en faire partie? Aimera-t-elle ça, sera-t-elle douée?

Elle avance au même rythme que les autres jeunes filles vers l’homme à la toge. Elle se retourne pour regarder Christian. Il ne l’a pas quittée des yeux, comme un esti de malade mental sexuel; il ne cligne jamais des paupières. C’est quand les filles nues sont côte à côte qu’ils entendent des voix et des sirènes hurlantes de l’extérieur du manoir. « Police! » « C’est une débarque! » Anastasia a le temps de voir les portes se faire enfoncer avant qu’on lui jette une grande couverte sur la tête et qu’on la porte à une sortie à l’arrière. « Ne t’inquiète pas, c’est moi. » Elle reconnaît le caramel de la voix de son Christian et ils pénètrent une voiture avec trois autres invités avant de filer dans la nuit bleue. Bleue teintée de gris.

À nouveau, pour la deuxième fois dans la même soirée, Anastasia se retrouve nue vulve sur le cuir d’une banquette de char. Elle commence à y prendre goût. D’autant plus que le chauffeur swinge assez raide dans les curves. Tout de même, se dit-elle, la prochaine fois qu’elle aurait une sortie sociale, elle se traînerait une bobette de spare. Cette pensée l’amuse et elle veut en faire la remarque à Christian, mais lorsqu’elle se retourne, elle lit une peur et une colère effroyables dans ses yeux gris, et cette peur devinée chez lui, crée, pour la première fois, une terreur grandiose chez elle.

FIN DU CHAPITRE SEPT.

Autres articles

tu t'écoutes

adrien

La fameuse stabilité

adrien

Le Pot Masson : resto festif à petits prix

adrien

Coeur de Loup – Par Mary Lynn

adrien

Qu'est-ce que je vais faire sans toi, chère série?

adrien

Ceviche! – Par Meggie

adrien