from-italy.com
Blog

Bien magasiner ton soutien-gorge sport

Salut Crépue!

Voilà, c’est fait! Le temps des Fêtes est derrière nous depuis quelques jours déjà. Nous avons quitté les chaises autour de la tablée familiale pour retrouver le plus classique combo fauteuil-table-de-travail-au-bureau.

C’est déjà trop de temps passé assis en l’espace de quelques semaines, tu ne trouves pas?

Comme plusieurs autres femmes, tu dois sentir l’appel du retour au sport. Et même si la prise de poids et le petit-ventre-post-temps-des-Fêtes sont souvent plus dans notre tête que notre corps, ça reste super important de se bouger (les fesses) un peu, ne serait-ce que pour contrer la grisaille hivernale!

Que ce soit du yoga, de l’entraînement en salle ou de la course sous la neige, ça sera bon pour ton moral. Peu importe l’activité que tu pratiques, tu devras porter un bon soutien-gorge. Ton plaisir n’en sera que décuplé!

Voici quelques trucs pour t’aider à BIEN magasiner ton nouveau soutien-gorge sport – arrête de juste investir dans des yoga-pantsflashy!

1 — Déterminer le type d’activité physique que tu désires pratiquer 

Chaque activité physique nécessite un support différent et adapté. On distingue trois degrés de maintien dans les soutiens-gorges. Ce degré est déterminé en considérant la force d’impact et son absorption provoquée par les sauts lors de l’entraînement.

  • Impact léger : la randonnée pédestre, le golf, les étirements sur tapis, les activités ne nécessitant pas de mouvements amples, les activités avec peu de sauts, etc.
  • Impact modéré : le vélo, le yoga, le ski de fond et la raquette, les activités avec des sauts occasionnels.
  • Impact élevé : l’entraînement en salle, le volley-ball et le basket-ball, la course, les sports équestres ou encore toute activité avec des sauts fréquents.

Plus le soutien-gorge est ferme, plus sa capacité à résorber les impacts dus aux sauts sera forte, afin d’assurer un support adéquat et sécuritaire pour la poitrine.

Source 

2 – Choisir une bonne coupe : isolation ou compression? 

Il existe deux grands genres de soutiens-gorges sport : ceux qui offrent un maintien par compression et ceux qui offrent un maintien par isolation. Démystification et différences?

« Par compression » signifie simplement que les seins sont plaqués au plus près de la cage thoracique, ce qui les empêche de bouger lors de la pratique d’une activité physique. Ils sont souvent recommandés pour les femmes ayant des poitrines menues et s’enfilent souvent par le dessus de la tête – hello souplesse!

« Par isolation » signifie qu’à la manière des soutiens-gorges traditionnels, les seins sont encapsulés individuellement. Ainsi, on pourra retrouver pour ce type de modèle un tour de taille et une profondeur de bonnet. Cela garantit, à coup sûr, un maintien et un ajustement idéal. C’est à mon sens la solution idéale pour les femmes avec des poitrines fortes, les modèles compressifs ayant leur limite; souvent, les femmes avec de forts bustes vont devoir privilégier des tours plus grands ou encore des modèles faits de fibres plus élastiques pour trouver leur confort ou la « couvrance » désirée et, immanquablement, tu peux dire bye bye au maintien…

Source

3 — Favoriser les modèles avec des bretelles en Y ou en X

Les modèles avec dos nageur = tes âmes sœurs! Pourquoi?

  • Tes bretelles resteront bien en place, même si tu as les épaules tombantes.
  • Ces modèles répartissent le poids des seins sur l’ensemble de la cage thoracique et non uniquement sur les épaules.
  • Souvent les bretelles de ces modèles sont plus larges, ce qui te garantit plus de maintien et de stabilité par son genre de construction, qui fait en sorte d’offrir moins d’élasticité aux fibres des bretelles.

Source

4 – Rechercher des matières absorbantes

Ça, ma Crépue, ça veut dire : LIS LES ÉTIQUETTES!

Le coton est à proscrire, il s’étire trop rapidement et il conserve l’humidité!

Privilégie donc les matières favorisant l’évacuation de la transpiration (souvent des mélanges d’élasthane et de polyester) afin d’éviter les irritations sur la peau. Si tu trouves ces noms de marques, c’est oui : Drylayer, Tactel Aquator, Superfla, Meryl et Coolmax.

5 — L’essayer!

Attache-le à la première agrafe. Ainsi, quand le soutien-gorge prendra de l’expansion dans les semaines à venir tu pourras le garder ferme sur toi.

Lève les bras dans les airs et prend une respiration profonde. Vraiment profonde. Regarde si la bande tient bien place sous tes seins. Et surtout, surtout, si tu ne te sens pas trop compressée. Il faut garder en tête que les respirations sont plus profondes lors de l’activité physique et donc que tes poumons auront besoin de place pour s’emplir. Le but n’est pas que tu meurs par asphyxie.

Bouge! Prends le temps de faire quelques mouvements, quelques torsions, des sauts, toujours dans le but de valider ton confort. Plus tu vas le mettre à l’épreuve en salon, plus tu pourras choisir un modèle qui convient à ton corps et à l’activité désirée.

Source

En terminant, j’ajouterais ceci, Crépue : un soutien-gorge sport a une durée de vie limitée! Le tissu perd rapidement son élasticité par la chaleur, la sueur et l’extension, et donc de maintien. Et forcément, on les lave plus souvent que ceux qu’on porte pour aller au bureau… Idéalement, et surtout si tu pratiques de l’activité physique de façon quotidienne, tu devrais penser à le changer aux six mois! Je sais… mais c’est un conseil d’amie. Tu me remercieras à 50 ans, quand tu auras les seins encore fermes.

Source (photo de couverture)

Autres articles

Les fois où il me manque un neurone – Par Gwen

adrien

S’embraiser

adrien

cils

adrien

Just In à Premier Acte

adrien

Mes « gros » bras

adrien

Avoir des ‘’boules’’ c’est pas toujours évident- Par Aglaé |

adrien