from-italy.com
Blog

Pas assez mariée – Par Marie-Eve |

T’entres dans l’église, t’as déjà les jambes molles.

Tout le monde est sur son 36.

Sauf un mononcle aux bermudas montés jusqu’à Westpalm beach.

Matante Agathe a du brillant de spectacle de ballet jazz din cheveux.

Ton cousin a ramené LA pitoune d’entre les pitounes.

Talons hauts, orteils asphyxiés, ongles « d’Edward Scissorhands. »

Tous les saints du ciel la devinent jusqu’à son nombril percé.

Son parfum cheap est senti jusqu’à Percé.

T’as la tête qui tourne, fait chaud!

Ça sent aussi l’encens au milieu des statues qui souffrent de saigner.

Tu prendrais bien une gorgée de ce vin rouge qui traîne sul’buffet.

Les plus jeunes eux ont déjà l’air feeling.

Un petit joint dans la décapotable empruntée ?

Comment rester à jeun dans ce cirque sans acrobate ?

Des ‘’Allo, ça va ?’’ de loin, timides, entre les allées fleuries.

On parle pas fort, d’un coup que Jésus serait pas content.

Il y en a que t’as pas vu depuis deux ans.

Végétatifs au bras de leurs matrones poupounées.

Ça control freak sur un temps rare.

« Assis-toi », « place tes cheveux », « sacre pas », « rentre ta chemise dans tes culottes »…

La sueur te perle en dessous des perles.

Tu scannes les lieux à la recherche d’un prospect.

Tant qu’à se taper tout ça aussi bien en profiter.

Enfin les cloches sonnent.

L’assemblée chic and swell se change en automate.

On se tourne tous vers la porte grande ouverte en attendant le Messie.

C’est le grandiose de la quétainerie.

La petite toune de clavier part : pam pam pa-pam…

Le cœur t’arrête presque en la voyant resplendir de sa splendeur.

Elle arrive toute en Kleenex de luxe au bras de son fier père.

Lui, vit son deux minutes de gloire en essayant de pas se pogner les pieds dans la traîne.

Elle, qui expose son nouveau blanchiment de dents en tremblant du voile aux genoux.

On entend renifler en écho.

C’est la mère pis la belle-mère qui braillent leurs vies.

Le rasé barbu, rangée d’en avant, a juste des allergies saisonnières, c’est pas clair.

Le marié est rouge comme un homard.

Ses jambes sont dans le même jello que les tiennes.

Il veut pas pleurnicher.

S’il continue à se retenir de même, l’anévrisme le guette.

Les fraîches-pets-de-filles-d’honneur satinées sont juchées en ordre de grandeur.

Elles sont aux premières loges pour se matcher avant toi.

Tout le monde se tait quand le bonhomme en robe s’avance sur le stage.

Ben oui, évidemment qu’il roule ses RRRRRR.

‘’Bonjourrrr, c’est avec joie que nous célébrrrrrrrons aujourrrrrd’hui le marrrrriage de Catherrrrrine et Frrrrrrancis’’

Mon dieu, t’en peux plus !

C’est beau les mariages.

Pour aller cruiser.

Impossible de revenir bredouille.

Mais là, Apocalypse, tour d’horizon, vérification des lieux.

Tout le monde a son torchon pis sa guenille.

Je répète, tout le monde est en cou-couple.

Sauf toi, pis le vieux garçon habillé en vert lime qui sent le pipi.

Parce que pour toi, être en couple : c’est saisonnier !

Peu importe le gars, il devient plate après exactement neuf mois.

C’est comme une grossesse, après t’as le goût d’expulser, faire sortir la bête.

Après neuf mois d’allégresse, il y a comme un goût de prémâché.

Tu te couches sans lui dire bonne nuit, tu ne l’espionnes plus dans la douche, t’es couchée à 21h00 les vendredis, finit l’épilation en forme de cœur, pis tu patientes en regardant ses bobettes traîner piteusement juste à côté du panier à linge.

Tu rêves sans le vouloir à ton voisin, ton ami, son ami, ton patron, son jumeau, le commis, le gars de l’Hydro, pis ton cousin.

Même s’ils mettent tous leurs bobettes à côté du panier à linge.

Penses-y pas !

Femme libre et déjantée.

« Oui je le veux », c’est pour la fille d’à côté.

Pogne pas le bouquet à minuit moins dix.

L’amour rime pas avec torture.

Trouve le bar, fais tes prières, danse un continental.

Quand tu seras saoule, il ne sentira plus le pipi…

Pis ton autre cousine se marie en août, souris !

marie

Alexe Raymond, réviseure, raymond.alexe@gmail.com

Autres articles

Le motivation board : comment atteindre tes résolutions 2018

adrien

Samedi découverte : Un brin de littérature et de café – Par Aglaé

adrien

Les étoiles, la nuit, à Lévis – Par Andrée-Anne

adrien

Les Crépus au théâtre : L’art de la chute

adrien

Je t’en veux d’avoir été trop pissou pour l’amour

adrien

maison

adrien