from-italy.com
Blog

Qu’est-ce qu’une petite sœur?

Tout d’abord, il faut savoir que ma petite sœur fut le premier bébé dans ma vie. Malgré le fait que, du haut de mes cinq ans, j’étais réticente face à son arrivée, elle était de loin l’être le plus précieux dans ma vie.

Elle fut la première personne pour qui je me suis faite du mauvais sang. Tu sais, t’imaginer le pire des scénarios lorsqu’elle va simplement chercher le courrier au bureau de poste? Telle une mère, je guettais son retour à la maison et je lui demandais de m’appeler avant de rentrer. Une part de moi avait toujours peur qu’il puisse lui arriver quelque chose. J’ai donc commencé toute jeune à la couver, à espérer que ma mère lui dise : « non, c’est trop dangereux! »

Elle fut la première personne pour qui j’ai appris à être tolérante, pour qui je suis capable de mettre de l’eau dans mon vin sans la moindre animosité. Ça ne me dérange pas si elle prend le plus gros morceau du gâteau et ça m’arrive de lui laisser croire qu’elle a tout à fait raison. Et détrompez-vous, je ne fais ça avec personne d’autre. J’aime beaucoup trop avoir raison. Je crois beaucoup en elle. J’espère qu’elle fera mieux que moi. Il n’y a pas de compétition, seulement le besoin qu’elle puisse s’épanouir.

J’ai mal quand elle a mal. Ça me fait plus mal lorsque je la sens malheureuse que lorsque je souffre moi-même en raison d’une impasse dans ma vie. J’ai envie de lui enlever tout son chagrin jusqu’à souhaiter que celui-ci s’acharne plutôt sur moi. J’ai besoin de la protéger. Telle une maman lion, je ne laisserais personne éventuellement qui pourrait seulement songer à effleurer l’un de ses cheveux.

Des fois, ta petite sœur, tu la trouve trop gâtée. Tu dis que ta mère va finir par la pourrir, qu’elle vit encore trop souvent sous les jupes de ta mère. Tu trouves aussi que tes parents sont plus sévères et plus exigeants envers toi, mais tu n’accepterais pas qu’ils déversent leur colère sur elle. Plus souvent qu’autrement, tu prends sa défense en rappelant aux autres que ce n’est pas de sa faute si elle se laisse trainer : elle est si jeune!

Ta petite sœur a le don de t’attendrir avec ses histoires à coucher dehors. Elle te fait rire même si ce n’est pas si drôle. Ma petite sœur, c’est en quelque sorte mon tout premier enfant. C’est indéniable : la relation qui existe entre une grande soeur et une petite sœur, ça relève de l’ordre maternel.

Autres articles

Tes p’ti pieds d’amour – Par Emilie

adrien

Le produit parfait pour des cheveux de plage – Par Stéphanie

adrien

Des histoires de consentement, ou toutes les fois où je n'ai pas assez dit « non »

adrien

La relève – Par Mary Lynn

adrien

Et sans vraiment réfléchir à quoi que ce soit, j’ouvre un épisode de Gilmore Girls

adrien

Gère ton stress – Par Jade

adrien