from-italy.com
Blog

Orphan Black: Sestra pour toujours

Dès son arrivée au petit écran, la série Orphan Black obtient un succès instantané, en grande partie de par son sujet controversé (le clonage) et la performance olympienne de son interprète principale, la Canadienne Tatiana Maslany, qui y joue plus de personnages que l’entièreté de la distribution de Friends.

Alors qu’elle se promène tranquillement dans le métro, Sarah est témoin du suicide d’une jeune femme d’apparence identique à la sienne. Elle décide de prendre son identité, afin de découvrir la vérité derrière le mystère qui entoure sa mort et la ressemblance frappante qui les unit. Bien malgré elle, Sarah ouvre une véritable boîte de pandore, où le clonage humain n’est que le début d’une conspiration qui repoussera les limites de la génétique.

Le destin de Sarah et de sa fratrie aspire le téléspectateur comme un ouragan le ferait avec une petite fermette de campagne. Les personnages de Sarah, Alison, Cosima et Helena, pour ne nommer que ceux-là, tous joués par la même actrice et pourtant si différents, témoignent de la compétence jusqu’à ce jour inégalée de Maslany.

Jamais la télé n’a offert un divertissement du genre où l’humour, la science-fiction et le mystère complètent une distribution d’acteurs aussi captivants que crédibles. La comédienne québécoise Evelyne Brochu y tient d’ailleurs un rôle important. La véritable magie opère lorsque les clones interagissent entre eux ou, encore mieux, assument l’identité de l’autre avec autant de nuances de jeu que Christian Grey peut en espérer.

Avec tout le girl power qu’on peut imaginer, Orphan Black offre autant d’action que d’introspection. Ses personnages complexes permettent de dépeindre avec respect l’homosexualité, l’abandon parental et la fécondation in vitro.

Vous pouvez attraper Sans origine: Orphan Black sur les ondes de Z ou sur le canal Syfy en version originale anglaise. La quatrième saison vient de prendre fin, alors qu’une cinquième – qui servira également de conclusion à la série – est annoncée.

Il n’est donc pas trop tard pour faire partie du clone club et découvrir le sens du terme Sestra. Bon visionnement.

Autres articles

Envie de vivre la #vanlife

adrien

À bas les zones grises

adrien

Ton support, ma réussite

adrien

Peut-être que l’enfer est pavé de bonnes intentions – Par Noémi Otis

adrien

Paris Fashion Week – Place à l’innovation!

adrien

Quand la pression devient coutume, une réflexion sur le travail aujourd’hui

adrien